La syllogomanie

Elle concerne les collectionneurs à tendance accumulative et compulsive d’objets de toute sorte.

Bien souvent la syllogomanie est confondue avec un autre trouble du comportement : le syndrome de Diogène. En réalité, ce sont là deux troubles du comportement différents. Les patients atteints du syndrome de Diogène ont certes un comportement d’accumulation pathologique mais plusieurs facteurs viennent s’ajouter : une hygiène corporelle inexistante, un isolement social fort et une indifférence totale face à leurs conditions de vie. Ce n’est pas le cas des syllogomanes, dont le collectionnisme se rapproche le plus du TOC.

La syllogomanie est caractérisée par certains symptômes spécifiques à cette pathologie. Ce comportement s’explique par une incapacité à se séparer des objets : jeter est impossible car elle est source de souffrance. Le domicile peut alors être jonché de journaux, de courriers, de vaisselle, de vêtements, d’appareils ménagers, de bricolage ou même d’animaux,…Ces différents objets limitent l’espace de vie et empêchent souvent l’accès à certaines pièces, voire à la quasi-totalité du domicile.

Les causes de la syllogomanie :

Les causes de cette pathologie restent encore inconnues, mais certaines hypothèses ont été établies. Généralement, la syllogomanie apparaît après la perte d’un être cher. Elle peut donc faire suite à un décès, un divorce, une déception amoureuse etc. Cette perte va alors créer un manque affectif dans la vie de la personne. Cette dernière va alors tenter de combler cette carence affective par l’accumulation d’objets dans son lieu de vie. La présence de tous ces objets va alors rassurer la personne souffrant de syllogomanie. C’est ce qui est paradoxal dans une telle situation. La personne souffrant de syllogomanie compense un manque par l’accumulation et s’isole du monde extérieur qui l’entoure.

Deuxièmement, la syllogomanie peut être une conséquence du syndrome de Diogène. En effet, les malades atteints par cette pathologie ont tendance à négliger leurs conditions de vie. Ils vont alors s’enfermer dans leur bulle et vivre dans des conditions totalement insalubres. Le syndrome de Diogène est une syllogomanie extrêmement poussée. De nombreux patients mettent fréquemment leur vie en danger en étant atteints du syndrome de Diogène.

Les risques et les conséquences :

Les conséquences d’une syllogomanie peuvent être diverses. Tout d’abord, la syllogomanie apporte de lourdes conséquences socio-familiales. La personne victime de cette maladie, aura tendance à s’isoler des autres. Que ce soit par honte ou par peur du jugement des autres, l’individu va se replier sur lui-même et deviendra complètement solitaire. Les personnes atteintes de syllogomanie ne vont pas uniquement s’isoler de leur environnement familial, mais elles vont aussi s’isoler du monde professionnel. Il n’est pas rare de voir des malades ayant perdu leur emploi, à cause de cette maladie.

La syllogomanie implique de lourdes conséquences matérielles. En effet, des incendies peuvent avoir lieu fréquemment à cause du manque d’entretien des appareils électroménagers. L’insalubrité du logement apporte également son lot de nuisibles, ainsi que des odeurs nauséabondes.

Pour finir, la syllogomanie comporte de graves conséquences psychiques. Une dépression peut apparaître lorsque l’individu prend conscience de sa façon de vivre et de l’insalubrité qui l’entoure. Un sentiment de honte peut alors envahir la personne, qui n’osera pas en parler et demander de l’aide. Cette dépression peut alors persister et s’aggraver, sans jamais être traitée. Cependant, la dépression peut être prise à temps et la personne peut alors bénéficier d’une hospitalisation.

Les mesures à prendre :

Le traitement de la syllogomanie va varier en fonction de la cause. La demande de prise en charge de la personne est souvent faite par un proche ou un ami car la personne en question est soit dans le déni total soit totalement honteuse de ses conditions de vie. La première chose à faire est de consulter un médecin généraliste ou éventuellement un psychiatre, en fonction du propre choix de la personne. Des visites à domicile peuvent être organisées pour voir l’ampleur des dégâts. Un traitement adapté sera alors ensuite prescrit en fonction de l’évolution de la maladie.

Si la cause de la syllogomanie est le syndrome de Diogène, la prise en charge s’effectuera directement en unité psychiatrique. Si la syllogomanie n’émane pas de cette pathologie, il est possible d’éviter l’hospitalisation, en fonction de l’état de la personne.

Tout d’abord, il est nécessaire que l’individu prenne conscience de sa pathologie, ainsi que de son comportement au quotidien. L’individu en question doit avoir envie de changer car si ce n’est pas le cas, la thérapie sera un véritable échec. Une psychothérapie peut ensuite être mise en place. Elle aura alors pour but de redonner confiance en soi à l’individu concerné et lui réapprendre à vivre normalement, tout en se débarrassant de ses troubles comportementaux. Pour finir, un traitement médical peut aussi être mis en place comprenant des antidépresseurs, notamment lorsque cette syllogomanie est une conséquence d’une dépression peu sévère, pouvant être traitée grâce à un traitement médical.

Pour conclure, la syllogomanie est une véritable maladie qui ne doit pas être prise à la légère. Il existe de nombreux cas isolés en France, qui n’osent pas avouer qu’ils ont véritablement besoin d’aide.